Archives Mensuelles: juin 2012

Making off du Clip  »Patateman a chaud aux miches ! »

Le Clip !

 Vous avez tremblé d’effroi en regardant ce film poignant, terrifié à l’idée du sort funeste qui attendait potentiellement Patateman et ses confrères : finir à la Casserole ! Heureusement, tout cela n’était qu’une fiction (encore que…), et comme Patateman est bon et miséricordieux, vous allez passer derrière la caméra pour découvrir les coulisses du tournage de cette mini-saga légumifère.

0 – Prologue

 Patateman m’a d’abord soufflé l’idée d’un film simple où on le verrait affronter les affres de la pire situation imaginable, se faire boulotter ; et surtout, utiliser quelques-uns de ses petits frères en peluche – volontaires par ailleurs – pour des prises de vue réelles. Pas de 3D à cette occasion, mais un tournage ‘’à l’ancienne’’.

 Pour cela, mon compère Sébastien entre en scène. Rendez-vous pris pour évaluer ce ludique projet, on fait un premier repérage chez lui (ou ex-chez lui, il a depuis déménagé) : la Cuisine sera idéale comme décor. Dans la foulée, quelques photos des autres prototypes de peluches ont été prises, (l’article correspondant).

 Au départ, j’envisageais d’animer la peluche actrice à l’aide de fils qui auraient été ensuite gommés numériquement, mais un essai pour animer la tête de cette façon fit chou blanc. L’option ‘’image par image’’, comme à l’époque pré-numérique donc, a été retenue.

 On a utilisé du fil de cuivre (?) jaune pour renforcer les bras de la peluche (en ficelle torsadée) et la tête. Quelques essais photos pour tester la luminosité ont permis aussi de repérer un souci : un scintillement dû à la luminosité extérieure, ainsi qu’au néon de la hotte. Pour le supprimer, on a fermé le volet et utilisé un spot.

 Ces premiers essais effectués, rendez-vous est pris pour le vrai commencement du début.

1 – Le story-board

Pour animer la peluche, le fil jaune étant un peu trop souple, je finis par dégotter du fil de fer, plus rigide, et voilà le Patateman opérationnel :

Puis, un petit jus de cerveau (un story-board, quoi) est ensuite préparé, ce qui donne un premier aperçu de l’historiette ; pour des soucis de rythme, on l’a évidemment modifié avec Sébastien, vous pouvez comparer avec le clip final.

Ça se présente comme ceci (le story-board) :

(cliquez pour voir en grand).

2 – Ça tourne !

 Et c’est parti : le Patateman et les pommes de terre sont animées image par image dans la casserole – certaines patates servant à caler la peluche. Et comme il s’agissait de prises de vue réelle, il ne fallait pas que j’oublie d’animer toutes les patates en même temps que la star renforcée de fils de fer.

 

 Pour la scène où une pomme de terre tente de s’échapper en escaladant le manche de la casserole, on avait calé le féculent cascadeur avec du scotch. Comme je n’animais que celle-ci en veillant à ne pas la faire tomber, Sébastien a calé numériquement le passage où on voit toutes les patates bouger.

 Quand Patateman se fait la Belle (et je ne parle pas de Patategirl), un fil de couture s’est avéré indispensable. Ensuite, grâce à la magie du numérique, Sébastien l’a gommé, comme on le voit ci-dessus.

 Pour la scène finale, il fallait un cadrage à ras du sol. Puis, placer le spot au bon endroit, hors du champ de la caméra.

 Suite à un problème de réglage (du logiciel ?), la scène étant trop sombre au rendu, on l’a refaite. Ce sont les petits aléas de la prise de vue réelle, nos genoux peuvent en témoigner.

 Toujours pour le final donc, on cale le Patateman avec du scotch, et le fil de fer est planté directement dans la pomme de terre servant de monture à la peluche. Je déplaçais donc tous les légumes, image par image, en me planquant derrière le comptoir à chaque prise.

Résultat :

 Une fois toutes les prises de vue effectuées, place au numérique !

3 – Si le numérique n’existait pas, faudrait l’inventer…

… et heureusement pour nous, c’est fait. Pour plusieurs scènes, le trucage numérique avec After Effect a tout de même simplifié la tâche.

Au moment où je sale les infortunées patates – les scènes dans lesquelles j’apparais sont tournées en image par image également, c’est curieux de bouger en saccadé – vous repérez le Patateman qui court se planquer derrière la cafetière ?

Sébastien l’a en fait été photographié à part, puis détouré, animé et incrusté sur la scène (des petites ombres sont rajoutées, la couleur et luminosité paramétrés pour bien se fondre à l’image).

Ensuite, on voit le héros qui s’apprête à sauver ses confrères. La peluche comme les pommes de terre sont rajoutés sur une photo fixe (pas de zoom ni déplacement de la caméra). Vous noterez que Sébastien a ajouté une ombre à la peluche, et un très léger reflet sur la surface du comptoir.

JUMP !

 Pour la cascade de Patateman, j’ai d’abord incliné la casserole moi-même – je me reflète sur le côté gauche (chemise blanche) – toutes les patates, Patateman inclus, sont rajoutées numériquement.

 Ensuite, le montage avec les bruitages, nos voix (accélérées) et les musiques, puis le film est fin prêt à être offert en ligne aux gourmets ^^.

 Voilà.

———————————–

 Ça vous a mis en appétit ? Alors laissez un commentaire, ça ne vous prendra qu’un instant !

Publicités